…PreSenTatIoN…

Bonjour,

Vous etes ici sur un site consacré à ma vie, mes régimes et obsession quotidienne.

Beaucoup de personnes ( si ce n’est la majorité) ne comprennent pas que je puisse me satisfère de cela. Je ne vous demande d’ailleurs pas de comprendre juste d’etre TOLERANT!!! Je ne vous juge pas sur votre vie ni sur votre manière de penser, faites de meme!!!

Je n’ai pas choisie tout cela.

 Au début, j’était une grosse fille tout à fait normale, bien dans la « norme » qui executait ans bronchée tout ce que les individus me demandait. Je ne manquait de rien et était très gatée et aimée de ma famille. Personne n’aurait pu penser qu’en moi je souffrais! Oui, cela peut vous parettre bizarre à vous, donc la vie est si « simple » si « classique » …  

Mais moi j’était triste. Pendant toute mon enfance un mal me rongeais. A 2 ans, première « revolte » et lutte pour aller à l’école, puis par la suite j’ai vite compris qu’il vallait ieux se taire. 

C’est à  12 ans, que l’anorexie est apparue à moi. Au départ je ne voulais pas la reconnaitre, je cachée tant bien que mal ce nouveau tracas qui allait me différencier de la norme. Puis au fur et a mesure que le mal pénettrait en moi et me fesais maigrir, j’ai commencée à e sentir mieux, courageuse, volontaire, intelligente… Je me sentais fière de controlais chaque pulsions, chaques bouchées de nourriture, chaques émotions… Les autres commençaient à s’interreser à moi, à m’ »admirait » sans le dire. C’est à ce moment que j’ai décider d’assumer pleine ce « mal » qui s’en le demandait ni le vouloir était venu m’aider, m’aider à vvre chaque jour et à m’accepter de plus en plus.

Maintenant, je me trouve toujours aussi grosse, aussi laide. Mais j’ai appris à faire la part des choses: mon cerveau et mon corps. Voilà deux personnes complétement différentes, en moi, qui essait chaqu’une de prendre le pouvoir. Le cerveau, lui, est très le meilleur, il est très très intelligent ( précocité) et métrise tout et tout le monde. C’est celui que je prefère, c’est celui qui me veut du bien. Ensuite il y a le corps, lui, il est incontrolable, bete, désordonné, méchant, goinfre, rencunier… Je le déteste!!! Heureusement bien souvent c’est mon adorable cerveau qui a les commande.

Mais il faut toujours lutter, lutter pour qu’il garde le controle ou pour reprendre le pouvoir quand le corps joue au roi.

Commentaires:

Laisser un commentaire

«
»